Le projet Page blanche est une réalisation du Regroupement arts et culture Rosemont – Petite-Patrie, faisant partie de la programmation officielle du 375e de Montréal.

PAGE BLANCHE ou 375 temps d’arrêt

Sur un espace blanc, tout est à faire, tout reste à créer, à rêver. Pour l’urbaniste c’est l’espace de vie, pour l’historien c’est l’histoire qui s’écrit et pour l’artiste, c’est l’œuvre en devenir. Quand l’artiste se retrouve devant une page blanche, il lance des idées, il prend des images, il esquisse un mouvement, une ligne, un visage mais avant tout, il prend un temps d’arrêt.

Du 6 mai au 2 septembre 2017, tous les samedis, deux «espaces blancs» sur le territoire de l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie devenaient les pages blanches de 18 artistes de différentes disciplines (littérature, théâtre, musique, arts visuels, danse, etc.). L’artiste était présent le matin de 9h30 à 12h30, au Parc du Pélican, à l’Est, et en fin d’après-midi, de 15h30 à 18h45, au Parc Bélanger-Châteaubriand, à l’Ouest. Les citoyens étaient invités, un à un, à partager 375 secondes de silence avec l’artiste. Suite à ce moment d’arrêt, l’artiste, suivant sa discipline et son inspiration, invitait le participant à lui laisser une trace de son expérience : un geste créatif, un cliché, une phrase, une réflexion, un trait, une conversation, etc. Les passants ont eu la possibilité d’observer les “375 secondes d’arrêt” en même temps que le couple artiste/citoyen. Sans avoir le rapport privilégié avec l’artiste, ils étaient tout de même invités à laisser une phrase spontanée dans la «boîte blanche» qui était mise à leur disposition.
Après ces 375 minutes de rencontres avec les citoyens sur la page blanche, l’artiste a eu 375 heures pour produire une œuvre totalement libre, inspirée de ces rencontres, qui fut présentée lors de l’événement de clôture en octobre dernier.

Suivez-nous!

Partenaires